Chauffage : les astuces pour réaliser des économies d’énergie

L’été est fini et les baisses des températures annoncées nous rappellent que l’hiver arrive à grands pas, faisant subir au porte-monnaie une cure d’amincissement forcée. Pour éviter les mauvaises surprises et les factures énergétiques liées au chauffage exubérantes, rien de tel que de se préparer à la vague de froid le plus tôt possible. Et bien entendu, il suffit pour cela de prendre de bonnes habitudes afin d’optimiser sa consommation d’énergie.

L’abonnement, le nerf de la guerre contre le froid

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en 2007, les opérateurs historiques d’électricité et de gaz naturel ne sont plus les seuls à pouvoir proposer des contrats d’énergie. Que l’on soit un particulier, mais aussi un professionnel, il est désormais possible d’opter pour un tout autre fournisseur. C’est d’ailleurs très simple et gratuit : les offres sont sans engagement et résiliables instantanément sans aucune pénalité. Dépendamment de sa consommation, faire le choix d’un autre opérateur permet de faire d’importantes économies sur sa facture d’énergie. D’autant, que certains contrats garantissent des prix bloqués pendant plusieurs années, mais aussi de l’énergie verte. Dans tous les cas, les fournisseurs utilisent les mêmes réseaux publics de distribution et offrent les mêmes garanties des services d’urgence et de dépannage, les gestionnaires des réseaux restant ENEDIS pour le réseau électrique et GRDF pour le réseau de gaz naturel. Pour changer de fournisseur, il suffit alors de contacter un nouveau fournisseur. Idéal pour ne pas subir de plein fouet les hausses multiples du prix de l’énergie et faire jouer la concurrence. En changeant, il suffit de regarder le prix de l’abonnement et son évolution, le prix du kWh, les garantit sur les conditions d’évolution des prix, l’origine de l’énergie, mais aussi la qualité du service client pour faire son choix. 

L’isolation, la chasse aux fuites d’air

Améliorer l’enveloppe thermique de son logement permet de faire des économies d’énergie. Parce qu’il est dommage de chauffer son intérieur et qu’une partie diffuse à l’extérieur, il convient d’isoler les combles, les murs, les fenêtres puis les sols. Et pour cause, 30 % des pertes de chaleur totales d’une habitation se font par le toit et 25% par les murs, 15 % par les fenêtres et 10 % par les sols. Rien de tel donc qu’un logement bien isolé pour diviser par deux les dépenses énergétiques. D’autant que les solutions ne manquent pas. Il peut s’agir de refaire les joints autour des cadres des fenêtres et portes-fenêtres, de disposer des tapis au sol, d’isoler les combles – laine de verre, de roche, de bois, de chambre, en rouleaux, panneaux ou en vrac, les options sont multiples – voire de changer les portes-fenêtres et les fenêtres par des modèles plus isolants. Et parce qu’une économie peut en cacher une autre, dans le cadre du Plan de Rénovation Énergétique de l’Habitat, le gouvernement a mis en place des aides pour améliorer l’efficacité énergétique du logement. Les travaux menés dans ce sens, par un artisan ou une entreprise labellisée RGE permet de bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro ou encore d’un Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique notamment. Bref, réaliser des travaux dans son logement pour améliorer sa performance thermique permet de réduire sa facture énergétique, mais aussi de bénéficier d’aides financières très intéressantes. 

L’entretien, la clé du succès

Pour ne pas perdre en efficacité et éviter le gaspillage de l’énergie, il est impératif de bien entretenir les installations. Qu’il s’agisse de bien faire le ménage en dépoussiérant, de dégager l’espace devant les radiateurs pour que la chaleur se diffuse au mieux, il faut aussi faire appel à des professionnels pour entretenir la chaudière. L’occasion également de faire la traque aux fuites, de calorifuger les conduites pour gagner en efficacité. En marge, rien de tel que d’opter pour une programmation du chauffage. Chauffer l’habitation à la bonne température et au bon moment, permet d’économiser jusqu’à 20% de l’énergie. Il est alors possible de baisser la température à 16°C pendant une absence prolongée dans la journée, et mettre en « hors-gel » si elle dure plus 24 heures. Et surtout, 1°C de moins sur la température de chauffage équivaut à 7% d’économies sur la facture de chauffage !

S’il s’agit des trois règles d’or pour faire des économies, rien de tel que l’aération, la ventilation des pièces pour faire baisser le taux d’humidité et purifier l’air. En effet, une atmosphère humide est bien plus difficile à chauffer, et il en résulte une hausse de la consommation d’énergie. Le fait d’opter pour une tenue de circonstance – pull, gilet, chaussette – ou encore de se blottir dans un plaid ou de prévoir sa bouilloire permet de faire monter la température de son corps sans toucher au chauffage. Si l'été fut chaud, l'hiver le sera aussi …